Mes lectures

« Il était une fois la fée Chabada » de Lucie Brasseur : un conte pour adultes, entre rêves et réalités…

ebook-gratuit-etait-fee-chabada-l-bh8b7y

« Il était une fois la fée Chabada » de Lucie Brasseur est un véritable petit bijou. Ma chronique commence bien fort, mais voilà il fallait que je le dise avant toute chose !

J’ai profité d’une opération « livre gratuit » sur Amazon pour me procurer ce roman qui m’intriguait par son histoire toute en paradoxe et en étrangeté. Voici, pour bien saisir la portée de l’histoire contée par Lucie Brasseur, le synopsis de son roman :

« Maryline, prostituée la nuit, écrit le jour des contes pour enfants. Un soir, elle est arrêtée par les Mœurs. En garde à vue, une cartomancienne lui prédit « la rencontre qui changera sa vie ». Incarcérée et accusée de meurtre, elle clame pourtant son innocence. Pour rendre supportable la détention, elle se met à écrire le conte Des Poupées Géantes et de la Poussière de Joie. »

Alors, premièrement, j’aimerais dire que le style de l’auteur est incroyable. Jamais une fausse note, toujours étoffé, élaboré sans jamais nous rendre la lecture pénible, bien au contraire. Et puis, quelle imagination ! Pas une page d’ennui, pas une page qui ne vaille pas la suivante, tellement le récit nous tient en haleine et n’en finit jamais de nous surprendre.

J’ai été très intéressée par le paradoxe que représente Maryline : pour pouvoir rêver, s’évader dans son monde imaginaire, cette femme plonge chaque nuit dans un univers bien plus sombre et vil que celui de ses rêves. Et jamais cela ne l’abîme, jamais cela ne l’entraîne aussi bas que l’on pourrait croire ; car, si elle fait ça, c’est pour avoir tout le loisir de rêver, de s’adonner à sa passion, l’écriture de contes qui envoit enfants et même adultes dans un univers enchanté dont elle seule a le secret ! Je me suis attachée à son personnage rêveur et idéaliste.

Pourtant, il m’est arrivé, au cours du récit, de me mettre à douter. Tout l’accuse et même les conclusions du psychologue accablent de manière plutôt crédible cette pauvre femme qui rêve pour écrire ou qui écrit pour rêver, au choix. Je me demandais si on ne loupait pas quelque chose, si dans le fond elle ne nous emmenait pas dans sa folie… Je n’en dis pas plus pour ne pas révéler le nœud de l’histoire, mais vraiment, l’auteur sait amadouer ses lecteurs, créer le doute pour finir par nous livrer une vérité qu’on avait sous le nez depuis le départ !

La vie de Maryline en prison est ponctuée par ses rêves qui lui permettent d’écrire la suite des aventures de la Fée Chadaba, que très généreusement l’auteur choisit de nous livrer. Pour nous laisser nous échapper, quelques instants, à l’instar de Maryline, de ce monde trompeur et injuste ? J’avoue que j’étais septique, que je me demandais si j’allais vraiment apprécier de lire un conte « pour enfants ». Et bien, j’ai été autant entraînée par l’imaginaire de Maryline que par sa réalité, qui se mêlent et ne font plus qu’un par moments. C’est un conte pour enfants certes, mais les adultes seront ravis de cette histoire fascinante de Poupées Géantes et de Championnat des Mondes ! Personnellement, j’ai beaucoup apprécié.

Bravo pour ce joli roman, surprenant, entraînant. Contre toute-attente, nous nous mettons nous aussi à rêver au beau milieu de cette vie pourtant bien compliquée.

 

L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

©Manon Grelha

Ce roman vous fait envie ? Il est disponible sur Amazon, au format broché et numérique. Alors vous êtes tenté par ce voyage au pays des rêves, c’est ici.

2 réflexions au sujet de « « Il était une fois la fée Chabada » de Lucie Brasseur : un conte pour adultes, entre rêves et réalités… »

Dis-moi ce que tu en penses !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s