Mes romans

Mon deuxième roman, le Journal de Lola Fernando

20070714172155_folie_des

J’ai écrit mon deuxième roman en classe de quatrième. Pour se faire, j’ai radicalement changé d’ambiance. Je suis passée d’un monde merveilleux où règnent l’amour et la joie, où tout finit bien, à un univers sombre, empreint de folie. Au revoir Lucas et ses émois de gentil adolescent !

Lola Fernando est un des personnages dont je m’étonne encore aujourd’hui de l’avoir laissé sombrer aussi profondément. J’avais besoin, je crois, d’explorer les recoins les plus sombres de l’esprit de mon personnage, et de me demander : « Et moi, en serais-je capable ? »

Lola Fernando est une adolescente comme une autre. Elle va au collège, elle a quelques copines, et elle tient un journal. Sa passion, dans la vie, c’est Chris Parker, un acteur aux yeux bleus et aux cheveux flamboyants. De jour en jour, Lola écrit sa détresse, nous raconte à quel point cette passion se transforme en amour véritable, à quel point cette lubie d’adolescente se métamorphose en une folie douce et insidieuse… Lola n’est plus une simple fan. Sa vie toute entière lui est consacrée. Un peu trop, même…

Ce roman souffre réellement de mon jeune âge de l’époque : une syntaxe hésitante, des incohérences, et un style d’écriture faible. Mais le fond vaut largement la peine, je pense, que je me penche dessus un de ces jours, et que j’en fasse quelque chose de bien. J’aimerais, dans un avenir lointain, le faire publier. Je ne peux pas en dire autant de tous mes romans, mais je ressens pour celui-ci un petit quelque chose de spécial, qui ne tient qu’à moi. C’est la seule fois de ma vie, jusqu’ici, que j’ai malmené un de mes personnages aussi violemment ! Le titre définitif s’est révélé être : « Dégradation ». Car c’est bien ce que fait Lola, elle se dégrade, chute doucement et fâne à la manière d’une rose qui ne résiste pas au temps. 

Mais Lola est folle, et je ne voulais pas embellir la folie. La folie, c’est un enfer contenu dans la minuscule cage de l’esprit. La folie, ce n’est ni glamour, ni sexy. Lola, pitoyable, dérangée, en vient à ne plus savoir qui elle est, où elle se trouve, ce qu’elle fait. Du haut de mes quatorze ans, j’avais déjà compris que je devais la laisser dériver. Laisser sa folie se libérer, s’épanouir sous ma plume…

Ma professeur de français de l’époque suivait avec assiduité mes progrès. Je lui avais rendu un dossier autobiographique pour lequel elle avait eu un coup de cœur (lecture devant la classe et 20/20, j’en avais rougi jusqu’aux oreilles !). Elle n’avait pas tardé à me demander si j’écrivais en dehors des cours. Je lui avais répondu que j’avais déjà fini deux romans. Elle avait souhaité en lire un … C’est celui-ci que je lui ai prêté, imprimé à l’époque grâce au site The Book Edition (où il est toujours en ligne, d’ailleurs).

Son retour m’avait ravie ; ce qu’elle en retenait, c’était la noirceur de mes mots, la folie de mon personnage, les frissons que lui avait donné cette histoire sale. Elle était étonnée qu’à mon âge, j’ai pu pondre une chose pareille !

Sans doute que j’avais flirté de près ou de loin avec quelques réels sentiments de Lola…

Quelques extraits ? En voici, en voilà.

« Ma journée à été horrible au lycée. Ce matin je me suis levée en retard, j’ai du me dépêcher de me préparer. Par conséquent, je n’ai pas eu la moindre seconde à consacrer à Chris. Débuter une journée sans, au préalable, avoir vu son visage, ses yeux, est pour une moi une journée qualifiée à l’avance d’insupportable. Je suis victime d’une véritable dépendance. Je dépends complètement de lui, de mon acteur préféré. Chaque matin, j’allume soit mon ordinateur, soit ma télévision, pour pouvoir savourer ces instants passés à l’admirer, à observer chaque minuscule détail de son visage. Je vis à travers lui, je ne vis que pour regarder ses films, entendre sa voix, lire des articles sur lui, parler de lui, le voir, l’observer, l’admirer. Il habite en Amérique, à Los Angeles, comme la plupart des célébrités. Moi, en France. Je ne supporte pas qu’on vienne me dire que je ne l’aime pas vraiment et que de toute façon, je ne le verrai jamais. Les réflexions comme : «  Tu fais pitié, il t’as jamais vu de toute façon, c’est qu’une star ! », je ne les supporte pas. »

« Dès que ces mots sont parvenus à mes oreilles, je me suis mise à crier, à casser tout ce qui me passait sous la main, sous l’œil apeuré de ma mère qui s’était recroquevillée dans le canapé. Je crois que c’est pour ça qu’elle a décidé de me ramener au psychologue il y a quelques jours. Elle n’a pas dit au médecin ce qui s’était passé, elle avait peut-être honte d’avoir peur de sa propre fille. Mais les crises de nerfs arrivent, je ne suis pas folle, je n’ai aucun problème psychologique, j’ai juste mal pris ce qu’elle a dit. »

Encore une fois, je n’ai rien modifié. Je préfère vous le montrer brut ! Pourtant, mon clavier me démangeait haha !

J’ai écrit ce roman d’une traite à l’époque, sans le relire ni le corriger. Cela se voit ! Mais je pense réellement me plonger dedans quand je pourrais, et lui donner l’allure qu’il mérite.

Avez-vous déjà lu des livres traitant de la folie ? Avez-vous aimé ? Qu’en avez-vous pensé ? Voire, en avez-vous écrit ?

©Manon Grelha

“Le code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayant causes, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du code de la propriété intellectuelle.”

Crédit photo : Reverbnation

2 réflexions au sujet de « Mon deuxième roman, le Journal de Lola Fernando »

  1. En effet, mes différents romans ne se ressemblent pas du tout 🙂
    J’ai aussi traité d’une folie, de peur… cela m’a permis de faire ma propre thérapie (si on peut dire) d’écrire ce qui pouvait me faire peur en vraie, c’est une bonne expérience 🙂

    J'aime

Dis-moi ce que tu en penses !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s